J’ai trente ans… Bon, à dire vrai, à l’instant où j’écris ces quelques mots, je suis plus proche des 31 ans que des 30 mais j’ai envie de vous parler de cet âge « charnière ».

Pour moi, être trentenaire, c’est être adulte, ça oui, tout en gardant une âme d’enfant et même un peu de folie adolescente. Ne me lisez pas avec les yeux écarquillés… Je reste quelqu’un de responsable, tout en sachant profiter de la légèreté et de l’insouciance de certains moments.

 

02

 

Depuis toute petite, je me souviens ne jamais avoir été bien dans ma peau. Trop maigre, trop grande, trop ronde, trop de boutons, trop de ci, trop de ça, … Tous ces « trop » que je détestais et que je déteste toujours! Ma jeunesse a été baignée dans ce flot de « trop », malheureusement, sans que je ne prenne le temps de me regarder différemment. Ce changement de regard sur soi vient sans doute avec la maturité…

Cela fait quelques semaines que j’ai l’impression de me redécouvrir, devant le miroir. Je me sens bien dans ma peau et je n’ai pas peur des mots qui pourraient me faire passer pour prétentieuse : je me trouve jolie, enfin!

Avant, je ne voyais que ces complexes qui me rendaient nerveuses, tristes ou coupables et là, je ne les vois plus. Ils n’ont pas disparu mais j’apprends à vivre avec eux, et pas contre eux. J’ai même décidé d’en faire des atouts, pour certains. C’est toutes ces imperfections qui me rendent unique, après tout.

 

Puis j’ose plus de choses, aussi, je me sens libérée. Je me moque des on-dit et des qu’en-dira-t-on. Je vis pour moi et je m’étonne, même ; comme lorsque j’ai tenté le vernis bordeaux. C’est pas grand chose, pour certaines mais il y a encore un ou deux mois, j’en aurais été incapable, simplement parce que j’avais l’impression d’attirer le regard des autres sur mes mains et je n’assumais pas ces yeux rivés sur moi.

Une chose futile, comme le vernis, était un gage de confiance en soi, à l’époque, me concernant. Je préférais donc rester en retrait, observer le monde qui m’entourait (bon, j’avoue, je ne suis pas encore tout à fait guérie, de ce côté-là mais je fais des efforts…).

 

01

 

Par contre, lorsqu’on vieillit, de nouveaux complexes surviennent, en plus de ceux qu’on essaie d’accepter depuis des années, tels que les rides ou les cheveux blancs… Alors oui, j’en ai, évidemment, comme tout le monde mais je m’en fiche. Ils sont arrivés en même temps que mon « nouveau moi » et ne me gênent pas.

Pour les rides, je me souviens, étant plus jeune, avoir entendu « Elle sourit toujours, elle aura plein de rides, plus tard ». Bon, déjà, la personne en question ne devait pas être bien dans sa peau pour dire ça, mais si c’est le prix à payer pour avoir passé de si bons moments de rigolade, j’ai envie de dire que je n’en ai pas encore assez et que je ne regrette aucun éclat de rire!

 

04

 

Mes 30 ans m’ont simplement rendue heureuse. Et je me plais à croire que les années à venir seront les plus belles de ma vie! Je me sens enfin bien dans mon corps, dans mon esprit. Je suis épanouie et je vis pour moi, en essayant de me soucier le moins possible du regard des autres.

 

– Cet article n’a pas été inspiré par Lorie et sa « Positive attitude ». Quoique… –