Voilà déjà un mois, j’écrivais mon tout premier billet d’humeur, un article que j’ai pris beaucoup de plaisir à rédiger. Pas besoin d’une quelconque recherche, pas besoin de mise en scène, il « suffisait » que j’écrive ce que je ressentais. Un article où je me dévoilais et qui m’a permis d’en apprendre un peu plus sur moi…

Je reviens, aujourd’hui, avec un billet d’humeur un peu différent, empreint ça et là de nostalgie (vous comprendrez, en me lisant et en me découvrant que je suis une éternelle amoureuse du passé).

 

Depuis que nous avons commencé ce blog, j’ai du ressortir notre appareil-photo, enfoui au fond d’une armoire depuis bien trop longtemps… J’ai recommencé à m’amuser, à photographier telle ou telle situation, à vivre une scène et à avoir envie d’en garder un souvenir, à me balader en regardant différemment ce qui m’entourait. Puis, au fur et à mesure, j’ai voulu plus : plus beau, plus net, plus clair, plus cadré, plus artistique, … Mais malheureusement, je ne suis pas du tout pro dans ce domaine. Mr M. a acheté un trépied, pour faciliter certaines prises puis nous avons recherché comment arrêter de nous battre avec la lumière naturelle, en vain. Et j’en viens, donc, à « redouter » la rédaction d’un nouvel article, juste à cause de ces fichues photos!

 

J’aime cette facilité de retouche, que nous avons tous, maintenant, grâce aux différents programmes ou applications. Via les réseaux sociaux ou les blogs, beaucoup de personnes se prêtent au jeu de LA photo à réussir et à poster. Mais je reste nostalgique des anciennes photos, prises sur le vif, sans trop réfléchir, en un seul exemplaire. J’en arrive même à regretter l’avant-numérique. Je regrette l’attente de quelques jours due au développement des photos, je regrette cet empressement et cette excitataion, au moment de l’ouverture de l’enveloppe, je regrette nos mines déconfites quand on pensait avoir réussi une magnifique prise alors qu’elle s’avèrerait être totalement floue, je regrette même les yeux rouges qui m’énervaient tant, à l’époque et qui étaient impossibles à masquer.

Lorsque je regarde les photos plus récentes, que ce soit les miennes ou celles de parfaits inconnus, j’ai l’impression que tout est tellement parfait. Tout est posé là où il faut, sans réelle surprise, juste parce que l’ensemble est assorti. Prendre de jolies photos pour garder de chouettes souvenirs, ça, je suis pour mais prendre (voire perdre) mon temps (un temps fou!) pour prendre LA photo et passer à côté de moments en famille, entre amis, lors d’un concert, … je ne veux plus.

 

Bien entendu, je n’irais pas jusqu’à dire que la beauté de certaines photos sur Instagram, Tumblr ou sur les blogs ne me fait pas baver et je serais tellement fière d’être capable de pouvoir prendre de si jolis clichés mais j’aime aussi mes photos « uniques », avec leurs défauts et leur spontanéité.

 

 

Aucune photo, donc, pour illustrer cet article, tout simplement parce que je ne m’oblige plus à prendre des photos sans lien avec l’article, juste pour les poster et ne pas en être satisfaite.